ET-D5

Le cancer est une terrible maladie qui peut toucher chacun d’entre nous directement ou indirectement. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : les décès liés au cancer représentent environ un huitième (12%) des décès dans le monde (Word Cancer Report, 2014). La proportion des décès due au cancer varie de 4% en Afrique à 24% dans les pays industrialisés. Ces statistiques effrayantes masquent l’énorme succès des traitements modernes : en réalité, la moitié des personnes diagnostiquées avec un cancer dans les pays développés survivent avec leur maladie pendant au moins 10 ans. Les principales thérapies pour combattre le cancer sont la chirurgie, la radiothérapie, et la chimiothérapie, et depuis peu, l’immunothérapie. Il n’est pas exagéré de dire que les progrès majeurs apportés ces dernières années proviennent du développement de nouvelles molécules. Notre mission, à Ecrins Therapeutics, est de découvrir et développer de nouvelles molécules anticancéreuses, pour en faire des médicaments efficaces contre le cancer. Notre principal programme concerne ET-D5 : une petite molécule que nous avons découverte et que nous développons pour différentes indications en oncologie. ET-D5 est une nouvelle entité chimique (NCE) qui peut être administrée par voie orale.

Mécanisme d’action d’ET-D5

ET-D5 est un composé anti-mitotique et anti-vasculaire qui cible une protéine originale, la Protéine Phosphatase 1 (PP1), impliquée dans la progression du cancer. ET-D5 est le premier candidat médicament ciblant PP1 (molécule « first-in-class »).
L’inhibition de PP1 par ET-D5 entraine la destruction des vaisseaux sanguins alimentant la tumeur, ce qui prive les cellules cancéreuses d’oxygène et de nutriments, provoquant une nécrose intra-tumorale massive (figure ci-dessous). ET-D5 cible aussi les cellules cancéreuses en bloquant leur division (arrêt mitotique), induisant la mort cellulaire. Plus important encore, ET-D5 présente d’intéressantes propriétés pharmacologiques, un bon profil toxicologique, et est actif lorsqu’il est administré par voie orale.

Développement d’ET-D5 en oncologie humaine

La molécule ET-D5 a été découverte, développée et optimisée sur notre plateforme de criblage phénotypique. Administrée par voie orale, la molécule ET-D5 a montré d’excellentes propriétés anti-tumorales sur des modèles animaux. Les études de formulation et de toxicologie réglementaire ont été réalisées avec succès, nous ouvrant la porte du premier essai clinique chez l’homme.

Développement d’ET-D5 en oncologie vétérinaire

A Ecrins Therapeutics, nous aimons les animaux de compagnie. Nous partageons aussi le sentiment que nous, les humains, leur devons beaucoup. En effet, afin de limiter les risques pour l’homme, la plupart des candidats médicaments sont testés chez le chien avant d’être administrés à l’homme. De ce fait, nous souhaitons qu’ils puissent bénéficier eux aussi des progrès réalisés en oncologie.
En parallèle de notre développement chez l’homme, nous souhaitons développer ET-D5 pour traiter le cancer des animaux domestiques (chats et chiens).
Ecrins Therapeutics a pour objectif de développer ET-D5 pour le traitement des cancers chez le chien, et de mettre sur le marché cette nouvelle thérapie. Pour cela, Ecrins Therapeutics a mené les 2 projets suivants :
– En 2015, ET-D5 a obtenu une subvention européenne Eurostars pour son projet CADAC (Canine Antivasculair Drug Against Cancer). L’objectif de ce projet était de tester ET-D5 chez des chiens développant des cancers spontanés, en les intégrant dans un essai clinique. Pour cela, Ecrins Therapeutics a travaillé avec AOIC (Animal Oncology and Imaging Cancer), une clinique vétérinaire en oncologie basé en Suisse. Ce projet s’est terminé en août 2019.
– Pour le projet Dog-To-Man, Ecrins Therapeutics s’est associé à 2 partenaires académiques (le Centre Léon Bérard de Lyon et l’IGDR de Rennes), et une société de services spécialisée dans les essais cliniques vétérinaires (OCR basée à Lille), dans le but d’évaluer l’efficacité d’ET-D5 sur les sarcomes canins (voir actualités). Il s’agit d’un projet de recherche translationnelle, ce qui signifie que nous avons 2 objectifs : identifier un nouveau traitement pour les sarcomes canins, et utiliser les connaissances acquises pour guider le traitement des patients humains souffrant de sarcomes.